Prison Break : Retour sur la série qui m’a rendue addict

Bon, j’abuse un peu dans le titre. La série qui m’a rendue addict aux séries, c’est True Blood. MAIS ! Prison Break est  en quelque sorte responsable de tout ça. Cette série est la première que j’ai vraiment suivie de façon assidue. A l’époque, même si c’était le cas de tous les jeunes de mon âge, je n’avais pas internet. Mon seul moyen pour regarder les séries était donc la télévision. Je m’en souviens comme si c’était hier. La série passait sur M6 tous les jeudis soir, et j’avais dû négocier avec ma mère pour pouvoir regarder la série. Elle voulait absolument que je me couche à 21H30 maximum quand j’avais école le lendemain. Mais les deux épisodes étaient diffusés à partir de 20H50. Évidemment, si je vous écris aujourd’hui, vous vous doutez qu’elle a fini par accepter.

La série en bref

Titre : Prison Break
Nombre de saisons :  5
Nombre d’épisodes : 90
Chaîne de diffusion aux USA : FOX
Chaîne de diffusion française : M6
Acteurs principaux : Wentworth Miller, Dominic Purcell

Le pitch

Lorsque son frère est accusé à tort d’avoir tué le frère de la vice-présidente des États-Unis, Michael Scofield, ingénieur surdoué, est prêt à tout pour le libérer. En effet, son frère est condamné à mort pour son crime. Après avoir tenté tous les recours légaux possibles, il décide de le faire évader… mais pour cela, il sera obligé de se faire incarcérer à son tour à Fox River, une prison de haute sécurité.

Bien sûr, ce pitch ne concerne que la première saison de Prison Break. La série est composée de 5 saisons et toutes sont très différentes les unes des autres. La première reste tout de même ma préférée.

Pourquoi j’ai (pas) aimé ?

J’ai adoré Prison Break, et c’est sans aucune honte que je vous avoue avoir même adoré la troisième saison. Aujourd’hui, je suis consciente que le niveau de la série décline après la saison 2, mais je me souviens encore avoir adoré regarder la troisième saison sur M6. J’étais si heureuse lorsque la diffusion avait été annoncée…

La série est très bien pensée, très intéressante. Addictive, on a vraiment du mal à se décoller de son écran. J’ai fait découvrir la série à ma maman qui a regardé toute la série en un temps record ! Je pense que c’est aussi une de ses séries préférées. Les personnages sont très bien écrits et très attachants. Les deux frères sont adorables et leur relation est passionnante. On adore détester Theodore Bagwell (Robert Knepper), mais je vous avoue un peu plus le détester que l’apprécier.

La série se perd complètement dès la quatrième saison que j’ai vraiment trouvé en dessous de toutes les autres. J’veux dire, à un moment donné faudrait voir à pas trop pousser mémé dans les orties. L’histoire part trop loin et nous n’y croyons plus. Bon d’accord, objectivement c’était déjà très gros toute cette histoire, mais lors de la quatrième saison on se demande vraiment où se posent les limites de la série.  C’est d’ailleurs pour cette raison que je n’ai pas encore regardé la cinquième saison qui a été diffusée cette année. Je pense tout de même m’y mettre même si ce n’est pas une priorité pour le moment.

Wentworth Miller

Wentworth Miller, c’est l’acteur qui incarne Michael Scofield, le personnage principal de la série. Oui, je fais toute une partie à son sujet, je pense très honnêtement qu’il le mérite. D’abord, j’ai toujours trouvé que l’acteur qui incarnait Michael Scofield était excellent. Je ne compte plus le nombre de fois où il m’a fait pleurer, sincèrement.

Plus encore que le personnage, ou même que l’acteur, je voulais attirer votre attention sur l’homme, la personne. C’est après de nombreuses années de rumeurs que Wentworth a fait son coming-out, avouant alors son homosexualité en refusant de se rendre en Russie pour récupérer un prix. Pourquoi ? Il ne voulait pas se déplacer dans un pays persécutant les personnes comme lui. Depuis, Wentworth s’implique énormément dans tous genres de campagnes contre le harcèlement. Il prône l’acceptation de soit mais aussi la tolérance, les deux étant indissociables selon lui. Il est également très impliqué dans la lutte pour la prévention contre le suicide et la dépression, maladie contre laquelle il a lui-même lutté un temps.

Wentworth fait parti de ces personnalités qui m’inspirent. Il fait parti de ces personnalités qui m’ont montré que c’était possible de s’accepter, même après s’être détester. J’ai, en plus, déjà eu la chance incroyable de le rencontrer. Je ne pensais pas que ce serait possible un jour. Wentworth est un acteur qui se fait rare dans ce genre d’événement, lui qui est si discret. Il reste une de mes meilleures rencontres en terme d’acteurs.

Je vous laisse tout de même avec un petit spot créé par Wentworth Miller afin de sensibiliser le public à ce sujet compliqué, presque tabou, qu’est la dépression :

C’est tout pour Prison Break, mais si je visionne la cinquième saison, je vous en parlerais sûrement. Et vous ? Vous avez vu Prison Break ? Vous avez aimé ?

Laisser un commentaire