#5 Parlons BD – Death Note

Un manga ? Pour la reprise du Parlons BD ? Et bien oui ! Il faut savoir que pour une raison qui m’échappe, j’ai plus ou moins arrêté de lire des mangas, mais à une époque, j’en lisais des tonnes ! J’ai même travaillé dans une boutique spécialisée à Paris. Autant vous dire que j’étais hyper calée et que ce n’est plus le cas, mais j’aimerais vraiment m’y replonger. Les mangas sont d’ailleurs tellement riches culturellement parlant ! Les personnes qui me disent aimer les bandes dessinées mais pas les mangas, j’ai vraiment du mal à les comprendre. Il y a tellement de diversité dans l’univers du manga que je suis persuadée qu’il existe forcément au moins une œuvre qui peut convenir.
Bref, aujourd’hui j’ai décidé de parler de mon premier vrai coup de cœur manga, celui de ma jeunesse (non pas que je suis super vieille non plus)… Bien sûr, le seul, l’unique restera à jamais Dragon Ball pour moi (faut pas déconner), qu’on soit d’accord, mais Death Note a tout de même une place toute particulière dans mon cœur, et ce, pour des milliers de raisons. C’est aussi pour ça qu’on en parle aujourd’hui, mais c’est surtout parce que c’est un peu du génie, qu’on se le dise.

En bref

Titre : Death Note
Editeur français : Dark Kana
Scénariste : Tsugumi Ohba
Illustrateur : Takeshi Obata
Date de sortie française : 19 Janvier 2007 (pour le Tome 1)
Nombre de pages : 208 pages

Le pitch

Light Yagami ramasse un étrange carnet oublié dans la cour de son lycée.

Selon les instructions du carnet, la personne dont le nom est écrit dans les pages du Death Note mourra dans les 40 secondes !! Quelques jours plus tard, Light fait la connaissance de l’ancien propriétaire du carnet : Ryûk, un dieu de la mort ! Poussé par l’ennui, il a fait entrer le carnet sur terre. Ryûk découvre alors que Light a déjà commencé à remplir son carnet…

Pourquoi on en parle ?

Bon, du coup, je vous l’ai dit dans l’intro, c’est du génie. Subsiste encore et toujours ce cliché que les mangas ce n’est pas de la littérature, que c’est débile, que ça manque de vocabulaire et que c’est à base de baston à gogo. Bon, bah si vous avez encore cette image dans la tête quand on vous parle de manga, lisez Death Note. Ce manga est un thriller intelligent et addictif. Clairement, c’est difficile de ne pas vouloir connaître la suite. Au delà du suspens insoutenable, on a à faire à une histoire intéressante, qui fait réfléchir sur le monde, la société et, plus largement même, sur la vie. Death Note m’a personnellement fait énormément réfléchir, et même plus de 10 ans après l’avoir lu, j’y pense encore (je vous mens pas).

Nous suivons principalement l’histoire de Light (Raito dans la version originale), un adolescent très mature pour son âge et surdoué. On sent bien que Light n’est pas un gamin mauvais au départ, c’est même plutôt quelqu’un de bien. Il est désireux de rendre le monde meilleur, mais il est prêt à tout pour cela. Il y a une vraie réflexion qui est faite sur la notion du bien et du mal. On se rend rapidement compte que  Light devient de plus en plus fou et parano avec ce nouveau pouvoir, ce qui nous pousse aussi à réfléchir sur l’effet du sentiment de suppériorité sur l’être humain (j’ai pas menti que je disais que c’est un manga qui fait réfléchir). Au-delà des aspects un peu sociologique et philosophique, Death Note est un thriller haletant. On ne sait jamais à quoi s’attendre. Light va devoir faire face à L, un jeune homme tout aussi intelligent que lui qui fera tout pour l’arrêter… Lequel gagnera ce qui semble être une partie d’échec géante ? Le scénario relève du génie tant il est bien travaillé.

Pour qui ?

Death Note est un manga que j’ai tendance à conseiller à tout le monde. C’est vraiment intelligent tout en restant divertissant (puis c’est trop d’amour que j’ai pour ce manga.) Maintenant, si vous préférez  l’action aux réflexions et/ou que vous êtes vraiment jeune ou encore que c’est une de vos premières lectures : passez peut-être votre chemin. Death Note peut-être une porte d’entrée dans le monde du manga, mais bien sûr, il faut accrocher aux thématiques qu’il aborde.

Et si jamais l’idée de lire le manga en format papier vous rebute, je vous conseille fortement l’anime qui est absolument génial (autant que sa version originale, c’est vous dire !).

Laisser un commentaire