#4 Chronique cinéma – A Star Is Born

J’arrive cent ans après la guerre, mais mieux vaut tard que jamais (il paraît). J’ai été voir au cinéma A Star Is Born (deux fois) et en ces temps post Golden Globes et pré-Oscar, je me dis que c’est vraiment le moment idéal pour en parler. Je suis désolée d’avance si ce que je vous raconte est un peu confus, j’ai vraiment beaucoup de choses à dire sur ce film !

ATTENTION SPOILERS.
Trigger warning : suicide, dépression, alcoolisme.

A Star is Born en bref


Titre original : A Star is Bron
Titre français : A Star is Born
Réalisation : Bradley Cooper
Date de sortie française : 3 octobre 2018
Acteurs principaux : Lady Gaga, Bradley Cooper
Bande annonce
Ma note :

Mon avis (pour ce que ça vaut)

Avant de commencer, j’aimerais préciser deux choses. Je ne suis pas une grande fan de Lady Gaga de base, je n’ai rien contre elle, mais j’ai jamais été une fan inconditionnelle (en fait, je m’en fout pour faire simple). C’est un peu pareil pour Bradley Cooper. Donc ce que vous allez lire, c’est un avis totalement détaché de la fanbase de ces deux artistes. Ça me paraît important de le préciser car je vois vraiment beaucoup de critiques négatives du film avec comme argument « toute façon c’est la fanbase de Lady Gaga qui fait son succès ». Et du coup je suis pas d’accord.

On va pas se mentir, ce film est éprouvant. En sortant de la salle de cinéma j’ai eu l’impression d’avoir couru un marathon à travers toutes les émotions possibles et imaginables. J’ai été hyper réceptive aux thématiques soulevées par le film : l’amour bien sûr, mais aussi la dépression, la recherche de soit, l’alcoolisme… Ouais en fait surtout la dernière. Particulièrement touchée car un.e de mes proches est atteint.e de cette maladie, j’ai été vraiment (mais vraiment vraiment) sensible au fait qu’on mette enfin en lumière le fait que l’alcoolisme est une maladie. Une maladie grave, mais une maladie qui se soigne. C’est assez rare je trouve d’entendre ce discours là, je n’ai pas trop de souvenirs d’oeuvre (cinématographique, littéraire, sérielle…) qui mette en avant ce genre de propos, en tous cas, aucune de m’a marqué à ce point. De manière générale, il faut dire que A Star Is Born aborde ses thématiques avec justesse. Elle n’en fait jamais trop, et c’est ce qu’il y a de plus dur je pense. Le film aurait probablement été plus facile à vivre s’il en avait fait des caisses et n’avait pas été crédible du début à la fin.

Dans le meilleur comme dans le pire, A Star Is Born garde nos pieds sur terre. Si nos deux personnages principaux, Ally (Lady Gaga) et Jack (Bradley Cooper) sont désespérément amoureux l’un de l’autre, nous les voyons aussi traverser des moments de doutes. Je pense en particulier à la scène dans la salle de bain, lorsque Ally commence a avoir une carrière solo. Jack retombe dans l’alcool de façon violente, et lui dit des choses affreuses, qui ont sûrement une part de vérité (mais qui sont tout de même affreuses et pas acceptables du tout). Pour autant, Ally ne le repousse pas. Elle ne lâchera jamais Jack.

J’ai aimé le fait qu’Ally ne soit jamais culpabilisée. Ce n’est jamais sa faute si Jack sombre peu à peu. Elle le soutien autant qu’elle le devrait, même plus, elle sacrifie beaucoup (trop ?), tout en faisant grimper sa carrière. J’ai beaucoup d’admiration pour son personnage. Qu’on se le dise, je n’aurais jamais (genre vraiment jamais) pu supporter une fraction de ce qu’elle supporte. La scène des Grammy Awards est horriblement gênante. Je crois d’ailleurs n’avoir jamais vu de scène plus gênante au cinéma. Dans le film, la culpabilité est un sous-texte assez profond. La preuve étant, c’est ce qui mettra un terme à la vie de Jack. Quand le manager d’Ally (aka le personnage détestable du film) lui dira que peu importe les efforts, il ne parviendra jamais à rester sobre, Jack fini par se suicider. Je dis ça de façon tellement simple, mais cette scène est affreusement douloureuse et dure. Peut-on s’en sortir ? Je pense que oui, mais on apprend tout au long du film que Jack est dépressif depuis si longtemps. Il avait déjà tenter de se suicider à l’âge de 12 ans. Je pense que toute personne peut s’en sortir, mais je pense aussi que c’est dur et qu’on n’imagine pas à quel point. Je ne suis pas sûre de savoir ce que c’est moi-même d’ailleurs. Si je devais reprocher un truc au film, ce serait de ne pas laisser de porte ouverte à l’espoir de voir quelqu’un de malade, comme Jack, s’en sortir.

Cela fait tout de même partie de l’histoire (le film est une adaptation) et si je devais trouver d’autres arguments pour le défendre, je dirais aussi que le film ne s’arrête pas à la mort de Jack. Nous voyons toujours son frère, et Ally après la mort de celui-ci. Tous les deux souffrent beaucoup de leur perte, mais je pense que le message est aussi « la vie continue ». Pourtant, il était difficile au départ d’imaginer Jack et Ally l’un sans l’autre. J’aurais aimé savoir quel chemin prend Ally après la mort de Jack d’ailleurs. Dans la dernière scène, nous la voyons sans sa coloration rousse/orange, sans artifice… C’est elle. Celle du début, celle que Jack aime. I will never love again.

J’aurais aimé m’attarder plus sur certains détails du film. Sur les personnages plus secondaires par exemple, comme le père d’Ally, qui est plutôt intéressant. Maladroit, mais aimant, il m’a presque autant marqué que Bobby, le frère de Jack. La relation fraternel est conflictuelle mais passionnelle, j’aurais pu vous faire un article complet à son sujet. J’aurais aimé vous parler du père de Jack, qui me semble être une personne horrible. J’aurais adoré parler du meilleur ami d’Ally, Ramon, que nous ne voyons pas beaucoup, mais qui est toujours là. Ce genre d’amitié me semble importante au plus haut point. Bien sûr, j’aurais parlé du fait que, même si j’aime beaucoup Jack Maine, c’est un gros forceur qui n’accepte pas non pour réponse. Dans le film c’est romantisé, or, j’ai vraiment envie d’insister sur le fait que lorsque l’on dit non, c’est non. C’est peut-être un détail, mais je voulais revenir dessus. J’aurais bien sûr parler de la séquence dans le bar de Drag Queen, qui est fabuleuse et éblouissante. Mais cet article est déjà bien long, donc je m’arrêterais là.

Pour conclure

Je vous ai donné l’impression d’avoir aimé le film ? J’espère quand même, parce que c’est le cas aha ! J’ai encore tant de choses à dire, mais je pense que l’essentiel est écrit. Le film est nominé dans plusieurs catégories aux oscars, j’espère qu’il sera récompensé même si j’ai une petite préférence pour BlacKKKlansman (de Spike Lee). Let’s see !

Laisser un commentaire