#17 Chronique littéraire – Carry On

Dans le cadre du challenge Diversité en Litté dont je vous parlais ici, j’ai lu Carry On, un bouquin qui a traîné un long moment dans ma PàL… Pourtant je l’ai acheté peu après sa sortie, j’étais vraiment hyper emballée par le pitch. Bref. Finalement, j’ai décidé de d’abord lire Fangirl puisque c’est de là que vient Carry On finalement. Tout ça pour dire que j’ai mis du temps à le lire et que j’ai enfin franchi le cap ! Du coup je vous partage mon avis sur le livre.

Le livre en bref

Titre original : Carry On
Titre français : Carry On
Auteur : Rainbow Rowell
Éditeur : PKJ
Date de parution : 5 Janvier 2017
Nombre de pages : 528 pages

La quatrième de couverture

Simon Snow est entré en dernière année d’école de magie à Watford. Il aimerait étudier tranquillement mais, dès son arrivée, Agatha rompt avec lui et le mage tente de l’isoler pour le protéger de Humdrum. Baz, son ennemi juré, arrive à l’école avec six semaines de retard et se rapproche de lui pour découvrir qui est responsable de la mort de sa mère.

Mon avis (pour ce que ça vaut)

Pour les non initiés, Carry On est la fanfiction écrite par Cath dans Fangirl. Fangirl est un roman écrit par la même autrice et si vous ne l’avez pas lu, sachez d’ores et déjà que ce n’est pas nécessaire pour lire Carry On. Par contre, c’est vraiment très cool pour avoir un contexte, donc si Fangirl vous tente, n’hésitez plus !

Retournons à nos moutons. Carry On. Je dois dire que le début m’a beaucoup gêné, pour plusieurs raisons. D’abord, Carry On est censé être une suite (selon Fangirl), plus précisément le dernier tome d’une saga mythique. Du coup, même si cela s’arrange assez vite, je me suis trouvée un peu perdue au départ, il m’a fallu un certain temps pour tout comprendre et réunir toutes les informations nécessaires pour être à l’aise dans ma lecture. Ça m’a frustré un peu sur le coup, mais pas autant que le parallèle inévitable que l’on fait avec Harry Potter. Alors, j’imagine que c’est assumé (à ce stade, j’ose espérer), mais sincèrement, j’ai trouvé que c’était lourd. Alors, certes, tous les parallèles ne m’ont pas gêné, mais quand c’est trop… Bah c’est trop. Encore une fois, c’est surtout au début du livre, donc ça m’est vite passé. C’est quand même quelque chose qui m’a sorti de ma lecture de nombreuses fois. Peut-être que j’ai trop lu Harry Potter, c’est pas impossible (oups), mais je pense que nous sommes nombreux.ses dans ce cas, donc quelque part, ça me semble important de le mentionner.

Si je me concentre vraiment sur l’histoire en soit, j’ai adoré. J’ai aimé chaque personnage, chaque storyline. Simon est super attachant, tout comme Baz et Penelope, sincèrement, je n’avais plus envie de les quitter à la fin du livre. Je trouve l’équilibre entre l’intrigue principale de l’histoire et les relations entre personnages plutôt bien géré. En tous cas, je n’ai pas trouvé que l’un prenait le pas sur l’autre, et c’est, selon moi, un aspect positif non négligeable. J’ai quand même eu quelques déceptions, concernant l’intrigue ET concernant les relations amoureuses.

D’abord, en ce qui concerne l’intrigue, j’aurais vraiment aimé qu’on aborde plus précisément et profondément les enjeux politiques. Alors d’accord, Carry On c’est du Young Adult, mais c’est frustrant que la question soit abordée mais que l’on reste en surface. Ça donne un aspect un peu superficiel au roman, et c’est dommage, parce qu’on sent qu’il y a du potentiel et qu’il est inexploité. Enfin, j’imagine que l’on ne peut pas tout faire dans un seul roman (qui fait déjà plus de 500 pages).

Ensuite, j’ai à la fois aimé et été déçue des représentations faites dans le livre. D’abord, les représentations féminines sont plutôt positives, Penelope principalement. C’est une jeune femme pleine de ressources, et franchement badass ! J’aurais quand même apprécié qu’elle et d’autres personnages féminins prennent plus de place dans l’intrigue. J’aurais surtout apprécié en voir un peu plus sur Ebb. Peut-être dans un spin-off ? Rainbow Rowell, si tu me lis, n’hésites plus. Plus sérieusement. Pour continuer, j’aimerais parler des représentations LGBTQIA+. Carry On a notamment fait parler de lui à l’époque de sa sortie car il met en scène un couple M/M. Alors, c’est très bien, je vous l’accorde, en plus je ship maladivement Simon et Baz MAIS, un truc m’a gêné quand même. Baz se défini clairement comme gay, par contre, Simon est en pleine réflexion sur sa sexualité (jusque là tout va bien). Ce qui est gênant, c’est qu’à aucun moment (AUCUN), la possibilité d’une bisexualité n’est ne serait-ce que mentionnée. Il est gay, ou hétéro, point. Pour rappel, Simon sortait avec Agatha, une femme donc, et il tombe finalement amoureux de Baz. Je ne dis pas qu’il est impossible que Simon soit gay car il est sorti avec une femme par le passé, je dit simplement que la question devrait se poser à un moment donné. C’est même plutôt important ne pas invisibiliser ce genre de choses… Mais bon, nous autre bisexuel.les avons malheureusement l’habitude de passer à la trappe.

La citation qui donne envie

Je me raccrochais à la seule chose dont je suis toujours certain…
Les yeux bleus.
Les boucles cuivrées.
Le fait que Simon Snow est le magicien le plus puissant au monde. Que personne ne peut lui faire du mal. Même pas moi.
Que Simon Snow est vivant.
Et que je l’aime d’un amour désespéré.

Pour conclure

J’ai adoré Carry On, au point que je me suis procurée le deuxième tome en anglais et que j’ai acheté le premier tome dans la même édition. J’ai vraiment adoré Carry On, ce livre m’a transporté. Il est loin d’être parfait, il est politiquement bancal, mais concrètement, il fait son job de divertissement à la perfection. Si vous avez besoin d’une lecture feel good et agréable, je vous le conseille mille fois. Si vous avez besoin de quelque chose d’un peu plus profond, passez votre chemin…

Laisser un commentaire