#15 Chronique littéraire – Tu ne m’as laissé que notre histoire

Wow. Vraiment ce livre c’est quelque chose. Ce fut ma dernière lecture de l’année 2018, et j’ai vraiment eu énormément de mal à en venir à bout. Pas parce que c’était mauvais, mais parce que ce livre aborde des thématiques difficiles, principalement celle du deuil. Bref, parlons peu, parlons bien, c’est parti pour ma chronique de Tu ne m’as laissé que notre histoire d’Adam Silvera.

Le Livre en brefT

Titre original : History is all you left me
Titre français : Tu ne m’as laissé que notre histoire
Auteur : Adam Silvera
Éditeur : Robert Laffont dans la Collection R
Date de parution : 25 octobre 2018
Nombre de pages :  432 pages

La quatrième de couverture

La mort ne prévient jamais. Lorsque Griffin apprend la disparition brutale de Theo, son premier amour, son univers vole en éclats. Bien que Theo ait déménagé en Californie pour ses études et ait commencé à fréquenter Jackson, Griffin n’a jamais douté qu’il reviendrait un jour vers lui. À présent, l’avenir qu’il s’imaginait a changé du tout au tout et le vide laissé par Theo demande à être comblé…

Mon avis (pour ce que ça vaut)

Wow. Je sais je l’ai déjà dit. Mais wow. C’est vraiment la première chose à laquelle je pense quand je fais le bilan de cette lecture. Chaque page m’a fait l’effet d’une claque. J’avais déjà adoré Et ils meurent tous les deux à la fin qui aborde des thèmes similaires, mais là vraiment… Tout est amplifié. Tout tourne autour de la mort de Theo, de la culpabilité de Griffin et de « l’après ». C’est écrit avec tant de justesse, sans faux semblants, c’est… Percutant. Je pense que c’est le mot.

Pour être honnête, c’est dur pour moi de parler de ce bouquin. Je manque peut-être d’objectivité. C’est une possibilité. Du moins concernant l’intrigue car, l’écriture, elle, est excellente, c’est un fait. J’aimerais beaucoup le relire un jour (pas cette année, vraiment dans longtemps) dans sa version originale parce que je trouve qu’Adam Silvera est un excellent auteur. Ses textes respirent la beauté et la douceur, même dans les moments les plus sombres et plus durs de ses œuvre. Une simplicité déconcertante se dégage du texte, pourtant, rien de ce qu’il traite ne l’est. Tout est parfaitement équilibré et cela rend les thèmes complexes qu’il veut traiter à la portée de tous. C’est tellement important, tellement rare d’être capable de parler de thématiques difficiles, délicates voir même tabous, que rien que pour ça, Adam Silvera mérite qu’on parle de lui en bien.

Tu ne m’as laissé que notre histoire, c’est typiquement le genre de fiction qui rejoint bien trop la réalité. Je pense que beaucoup se sont retrouvés dans la même situation que moi, déboussolé par la résonance que le bouquin trouvait en nous. Griffin est un personnage si touchant… J’ai tellement eu envie de lui dire que tout allait s’arranger. Si Griffin est le personnage principal du livre, j’ai adoré apprendre à connaître les autres également. Notamment Theo, dépeint de façon idéal, comme toutes ces personnes parties trop tôt. On ne garde que le meilleur. J’ai eu un peu plus de mal avec Jackson, je ne saurais pas trop expliqué pourquoi… Mais j’ai vraiment aimé tous les autres, qui sont tous écrit avec la même justesse que le reste du récit.

La citation qui donne envie

Je ne sais pas ce qu’il restera de moi si mon amour et ma tristesse ne suffisent pas à te ramener à la vie. Peut être que j’ai moi aussi besoin qu’on me ramène à la vie.

Pour conclure

Tu ne m’as laissé que notre histoire est une excellente lecture, vous l’aurez compris, mais laborieuse ! Émotionnellement parlant, ça a été très très dur à lire bien même s’il est clair que la qualité est là. J’aimerais presque une suite, une nouvelle, une lettre afin de savoir comment va Griffin maintenant… Dans tous les cas, je vous conseille vivement de le lire si les thématiques vous intéresse, c’est un très bon livre qui aborde des sujets sensibles mais avec brio (et ce n’est pas donné à tout le monde) !

Laisser un commentaire