#1 Expo Lilloise – Les muses insoumises

Pour mon anniversaire, ma marraine m’a offert un pass culturel me permettant d’accéder à la plupart des musées de la métropole Lilloise. Si vous voulez je parlerais plus en détail de ce pass, mais aujourd’hui ce n’est pas le thème. En effet, je veux vous parler d’une exposition que j’ai eu la chance de voir il y a quelques temps. Depuis le 5 Juillet dernier, LaM propose une exposition dédiée à Delphine Seyrig, figure féministe du cinéma et de la culture française. Je ne pouvais pas passer à côté…

LaM

Musée d’art moderne situé à Villeneuve D’Ascq, il est idéalement situé à 20 minutes de Lille. Sa collection permanente est constituée d’art brut, contemporain et moderne. De nombreuses activités et expositions sont organisées en parallèle de la collection permanente (qui est d’ailleurs visible en ligne sur leur site internet). Malheureusement, je n’ai pas fait entièrement le tour du musée lorsque j’y suis allée. Déjà parce qu’il est très grand, mais aussi parce qu’une partie du musée était en rénovation. Mais je ferais sûrement un prochain article sur le musée de manière général car je le trouve très beau. J’aime notamment le fait qu’il soit situé au milieu d’un parc, ce qui donne un aspect un peu moins froid au lieu. Je dirais même que ça donne un aspect un peu ludique.

Ouverture du musée : du mardi au dimanche de 10H à 18H.
Tarifs indiqués sur leur site internet ici.

Delphine Seyrig, mais c’est qui ?

Actrice française qui a marqué son époque, Delphine Seyrig est aussi réalisatrice. Engagée et militante, elle est une figure connue de l’histoire du féminisme. Elle réalisera notamment de nombreuses vidéos pour le collectifs Les Insoumuses, vidéos qui lui permettront d’exprimer ses opinions politiques.

Les muses insoumises

Bon, je vous écris cet article alors que j’ai fait l’expo il y a plusieurs semaines maintenant. Du coup, tout n’est pas aussi clair que je le voudrais dans ma tête. Heureusement, j’ai pris des notes. Je savais que j’aurais envie d’en parler. Un expo féministe en même temps…

Je n’ai pas envie de trop en dire parce que je pense que c’est vraiment une exposition à voir. En tant que passionnée de cinéma et féministe je ne pouvais personnellement pas passer à côté. Toutefois, l’expo s’adresse aussi aux passionné.e.s d’histoire ou tout simplement aux plus curieux.ses. Si vous n’y connaissez pas grand chose, pas de panique, vous pourrez tout de même profiter de l’exposition. Je dirais même que vous passerez un moment presque plus enrichissant que les personnes initiées aux thématiques abordées ! Il y a beaucoup de choses à apprendre dans cette expo.

Très concrètement, l’exposition est très grande. Pas spécialement hyper bien agencée (je ne suis pas sûre que nous ayons tout fait dans l’ordre aha), mais peut-être que c’est nous qui ne sommes pas hyper douées (ça n’aurait rien d’étonnant). J’ai beaucoup aimé le fait que beaucoup de choses soient interactives : évidemment comme le cinéma est assez central comme thématique il y avait pas mal de vidéos, mais il était également possible de feuilleter des pages de scénario etc. Bref, il ne s’agissait pas simplement de photos ou de textes (même si ce genre d’expositions me plait aussi).

Concernant les thématiques abordées, nous retrouverons souvent celle du droit à l’avortement. Les propos que Delphine Seyrig a pu avoir à cette époque étaient vraiment très forts et il suffit de voir ce qui se passe aux Etats-Unis actuellement pour se rendre compte que les combats qu’ont commencés nos ancêtres sont loin d’être terminés. Sont également abordés le sexisme, le racisme, ainsi que le harcèlement. Concernant ce dernier, des lettres manuscrites reçues par Delphine Seyrig sont visibles, j’ai trouvé cela très puissant comme lecture. Menaces de mort, insultes… Les femmes engagées dérangent visiblement depuis longtemps (mais qui en doutait ?).

Pour finir

Sans être l’exposition la plus incroyable que j’ai vu de ma vie, mon expérience reste très positive ! Je ne me suis pas renseignée concernant l’adaptation des lieux et de l’expo aux personnes malentendantes notamment. J’y ai pensé pendant la visite (mais ai lamentablement oublié après) car les vidéos ne sont pas toutes sous-titrées, et le son n’est pas au top du top. Donc j’imagine que si le musée ne propose pas de solution ça retire un sacré truc à l’expo tout de même. Il en va de même pour les non-anglophones car certaines vidéos sont en anglais non sous-titrées (mais c’est moins courant).

Malgré tout, je vous encourage, si vous en avez l’occasion, à faire un tour à LaM et y découvrir l’expo qui reste visible jusqu’au 22 septembre prochain !

Laisser un commentaire